MARTIN LUMINET

- Dimanche 5 Juin

Tout a basculé quand il a décidé d'ôter son gilet de sauvetage. Ne plus se donner le beau rôle, ne plus capitaliser sur sa bienveillance naturelle, ne plus se retrancher derrière cette politesse prévenante, ne plus chercher à être le meilleur pote de ses potes ou l'amoureux idéal. Oser le lâcher-prise existentiel, la confrontation intime, la violence intérieure. On n'appelle pas un premier EP MONSTRE si on n'a pas le courage d'aller racler le fond de son être. Chez cet artiste à l'apparence bien sous tous rapports, les mots au cordeau, à fleur de peau, tachychardent. A l'évidence, il se joue chez Martin Luminet quelque chose d'important, d'essentiel, de viscéral. Habité par le refus des faux-semblants, Martin Luminet fait planer sa lucidité couperet. Cru parfois, cash souvent, percutant toujours. Spoken word impavide et mélodique. Refrains qui ont la belle récurrence de décoller à la verticale.. L'auteur-compositeur-interprète (et réalisateur de ses clips, eux aussi baignés d'un esthétisme incisif) a une conscience particulièrement aiguë de l'autre. Il embrasse ainsi un « nous » générationnel pour transfuser la lente agonie d'un Monde responsable de son propre infarctus. C'est un appel au sursaut et à ne pas courber l'échine. C'est une nouvelle guerre à mener, ensemble. L’uppercut salvateur d'un garçon à la sensibilité exacerbée qui a l'élégance de vibrer par le collectif.